André Willequet - Biographie - Le souvenir - L'aigle - Icare - Bibliographie - Liens


Présentation

Collections
Expositions

Agenda
Infos pratiques
Librairie

Prix Triennal Ianchelevici
Prix de la Jeune Sculpture

Liens
Partenaires

Visites guidées
Animations


Le souvenir
pierre calcaire
h. 133 cm
1979
dépôt de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Sculptée en 1979 lors du Symposium des Avins-en-Condroz, cette oeuvre a été installée au Musée en Plein Air en avril 1994.

Le souvenir permet de bien cerner la portée abstraite du travail d'André Willequet. Son point de départ est figuratif : un personnage encapuchonné dont la silhouette se distingue encore et qui n'est pas sans rappeler les pleurants du monument funéraire du duc de Bourgogne par Claus Slutter (1350-1406). Au travers de la démarche "abstractive" de l'artiste, l'image originale acquiert une portée autonome; "J'ai compris petit à petit que les formes ont une vie propre, indépendante de la chose représentée" déclare André Willequet à propos de l'évolution de sa pratique artistique dans la seconde moitié des années '40. On peut d'ailleurs décrire sa sculpture de manière exclusivement formelle :  succession dynamique de plans asymétriques, rythme dans la disposition des volumes, passages du clair à l'obscur, inflection de la lumière au gré des reliefs et des coups de ciseau ... C'est sa volonté très lyrique de comprendre le matériau qui dicte au sculpteur le sens de ce travail. Le poids, le silence, la densité, la dureté, l'opacité qu'il éprouve face à la pierre sont autant de caractères renforcés par le traitement plastique.

Le choix du titre même de la sculpture traduit la qualité du processus d'abstraction. On y décèle l'idée d'une trace d'un passé - il s'agit d'un "souvenir" - qui pourrait être lointain comme l'histoire de la pierre, matériau issu d'une évolution lente aux mouvements imperceptibles.

André Willequet procède ici moins par stylisation que par synthèse; il traduit la quintessence d'une émotion. Le plein sens de l'oeuvre ne se dévoilera qu'à celui qui y prête suffisamment d'attention. Ainsi, Le souvenir réclame-t-il du regardeur une disponibilité accrue, une contemplation qui permet d'accéder non seulement à la charge sensible de l'oeuvre mais aussi à la valeur figurative qu'elle détient encore.

Pierre Henrion



(c) André Willequet / photo Jean Housen / Musée en plein air






ULiège - Musée en plein air - novembre 2017 - mise à jour : 23 novembre 2017