Maria-Magdalena Parlon - Biographie - Sans titre


Présentation

Collections
Expositions

Agenda
Infos pratiques
Librairie

Prix Triennal Ianchelevici
Prix de la Jeune Sculpture

Liens
Partenaires

Visites guidées
Animations


Sans titre
céramique
1982

Intégrer un travail à l'architecture par un moyen qui appartient en propre à la tradition architecturale a pu sembler relever du défi pour une artiste peintre. Maria-Magdalena Parlon a en effet recouru au "trencadis", une technique de mosaïque à base de céramique brisée, une pratique à laquelle le maître catalan Gaudi a donné ses lettres de noblesse. L'expérience a d'ailleurs détourné l'artiste du pinceau lui préférant le travail plus brut du ciment, de la poudre de marbre, de pigments ... dans des oeuvres à la lisière entre peinture et sculpture.

Maria-Magdalena Parlon a choisi d'intervenir autour d'une porte à degré au niveau inférieur du restaurant. La rutilance du matériau répond à l'absence de lumière de l'endroit. Il y a en outre une intéressante relation entre la forme de la porte, évocatrice d'un art de bâtir oriental, et la décoration céramique que Gaudi lui-même adopte de l'Orient.

Son intervention prend la forme d'un journal. C'est une tranche de vie. Avançant comme un fresquiste, à "la giornata", elle a laissé s'exprimer ses sentiments dans leur évolution journalière. Au départ d'un projet libre, l'oeuvre s'est ainsi élaborée selon l'humeur de l'artiste qui, au jour le jour, conduit la composition et dicte la contiguïté des champs colorés.

Pierre Henrion




ULiège - Musée en plein air - octobre 2017 - mise à jour : 19 octobre 2017