Le Musée en Plein Air du Sart-Tilman
Claire Mambourg - Biographie - Homo versus Natura - Expositions - Bibliographie - Liens


Présentation

Collections
Expositions

Agenda
Infos pratiques
Librairie

Prix Triennal Ianchelevici
Prix de la Jeune Sculpture

Liens
Partenaires

Visites guidées
Animations


Homo versus Natura

Erables et inox
16 arbres (acer globosum), 16 cylindres de tôle d'acier inoxydable perforé
2000
Rond-point du Sart Tilman



Installer une œuvre d'art au rond-point de la route du Condroz au Sart-Tilman relève du défi. Il y a beaucoup de problèmes à résoudre, qu'ils soient liés à la taille de l'infrastructure, à l'importance des routes qui s'y distribuent, aux contraintes de sécurité ou aux qualités de l'environnement immédiat.

En gestation depuis 1998, l'œuvre intégrée par Claire Mambourg répond par la discrétion aux différentes difficultés posées a priori. L'artiste a conçu une organisation de 16 érables (acer globosum) partant du centre du rond-point pour tracer 5 faisceaux de trois arbres prolongeant chaque route qui y débouche. Elle explique qu'il s'agit de " recréer une place par l'apport d'arbres comme dans les villages traditionnels ".

La continuité de ce projet avec l'ensemble du travail de Claire Mambourg n'apparaît pas d'emblée. Il ne s'agit pourtant pas d'une œuvre de circonstance. On y retrouve son intérêt pour les rapports entre l'homme et la nature développée ici comme dans un grand nombre d'autres travaux. Claire Mambourg relève la volonté de l'homme à dominer la création naturelle par l'organisation ; l'œuvre du Sart-Tilman ne renvoie-t-elle pas directement à l'art des jardins, ne fût-ce que par le tracé des perspectives qui se dégagent dans l'axe des voies de circulation ? Le rapport se fait plus explicite par les carcans d'acier inoxydable que l'artiste a installé à la base de chaque arbre. C'est pour elle le souvenir " de la matérialité de la ville et des industries sidérurgiques et technologiques ", si importantes dans cette partie de la vallée mosane.

Sur le plan du financement, c'est aussi un défi qui a été relevé. Partenaires publics et privés se sont associés pour réunir le budget nécessaire à la mise en œuvre. Du côté des pouvoirs publics, on trouve l'Echevinat de l'Environnement de la Ville de Liège, le Ministère de l'Equipement et des Transports et le Musée en Plein Air du Sart-Tilman qui, tous trois, peuvent inscrire cette réalisation dans le cadre de leur raison sociale. Ce n'est pas toujours le cas des partenaires privés qui ont ici témoigné d'un soucis du bien-être commun que l'on doit relever : Fabrimétal, Technifutur, Euresys, EVS, le Bureau d'Etudes Greisch et la Banque Dexia ont apporté un soutien déterminant pour la réussite de l'opération. Autre témoignage - et pas le moindre - du caractère fédérateur du projet : la participation dynamique des habitants réunis au sein du Comité de Quartier du Sart-Tilman.

Pierre Henrion



Fédération Wallonie-Bruxelles



Université de Liège - Musée en Plein Air du Sart-Tilman - mai 2002 - mise à jour : 20 avril 2017