Marin Kasimir - Biographie - Oeuvres - Frieze of Frozen Freaks - Expositions - Bibliographie - Liens


Présentation

Collections
Expositions

Agenda
Infos pratiques
Librairie

Prix Triennal Ianchelevici
Prix de la Jeune Sculpture

Liens
Partenaires

Visites guidées
Animations



Marin Kasimir, Frieze of Frozen Freaks, 2006-2008
© Marin Kasimir / photo : Anass Hajji Bakkali

Les 13 photographies panoramiques qui composent Frieze of Frozen Freaks ont été tournées à Liège en 2006, en préparation de l’installation de Marin Kasimir pour l’exposition Images Publiques (mai-septembre, 2006, Liège). Imprimées sur des supports souples, elles habillaient alors la partie cylindrique du fût des colonnes de la première cour du Palais des Princes-Evêques. « Mes images y perdaient leur lisibilité simultanée, frontale. Il fallait tourner autour des pièces pour les découvrir. Avec le projet du Sart-Tilman, je les ai remises à plat, en les reliant les unes autres », explique l’artiste. Pour composer Frieze of Frozen Freaks, le travail ne se limite donc pas à des choix de mise en scène, de prise de vue ou de tirage. Il y a toute une recherche pour juxtaposer des images disparates dans une suite cohérente ; « Je devais arriver à créer un faux panorama avec des vrais panoramiques ». La qualité des sutures, sensible notamment dans la fluidité des ciels, donne à la frise une unité à même de laisser penser que l’on a à faire à un espace vraisemblable, rythmé par une curieuse construction à l’allure de rotonde. En réalité, il s’agit de  lieux distincts. Les tournages ont été bien tous réalisés à Liège, mais dans des lieux et à des moments différents : pour une part, à l’intérieur de la cour Palais des Princes-Evêques pendant les semaines qui ont précédé l’ouverture d’Images Publiques et, pour une autre part, dans le quartier nord à l’occasion du Carnaval. L’espace de la frise est donc aussi irréel que les créatures qui le peuplent. En associant le gros plan et le grand angle, Marin Kasimir imprime des déformations hallucinantes aux corps des figurants. Le rapport avec l’iconographie débridée des colonnes de la cour du Palais avec leurs visages grimaçants, têtes de fou et autres masques emplumés, est évident. Sur le mode allégorique, l’artiste nous invite encore à y reconnaître « une danse macabre contemporaine » suggérant tant la vanité de l’existence humaine que l’égalité des hommes devant la mort.

 
Marin Kasimir, Frieze of Frozen Freaks, 2006-2008
© Marin Kasimir

>> photographies de l'installation de l'oeuvre de Marin Kasimir, Frieze of Frozen Freaks, 2006-2008
dans le bâtiment de la Faculté des Sciences Appliquées de l'Université de Liège

11 décembre 2008

>>
site web de la Faculté des Sciences Appliquées de l'Université de Liège




ULiège - Musée en plein air - décembre 2008 - mise à jour : 5 octobre 2017