Paul De Gobert - Biographie - Le ferry-boîte - Expositions - Bibliographie - Liens


Présentation

Collections
Expositions

Agenda
Infos pratiques
Librairie

Prix Triennal Ianchelevici
Prix de la Jeune Sculpture

Liens
Partenaires

Visites guidées
Animations


Le ferry-boîte
acrylique sur béton
h. 30, L. 10 m
1978-1979
dépôt de la Fédération Wallonie-Bruxelles

En 1978, Paul De Gobert s'engage à ranimer "un lieu refermé sur lui-même", la cour du bâtiment de la Chimie, dont il transforme une cheminée de ventilation en cheminée de grand cargo. Sous un ciel bleu chargé de nuages, le capitaine, qui a les traits de Claude Strebelle, architecte-coordonnateur du domaine universitaire et coauteur de l'immeuble, “scrute l'horizon dans sa longue-vue... Forteresse en vue ! ... Droit devant ! ... C'est le resto de l'Unif ! ...”. En bas de la cheminée, un marin, qui tire à lui un cordage, "essaie d'amarrer l'humour au sérieux" !

Fidèle aux principes qui commandent l’ensemble de sa production, Paul De Gobert s'efforce de corriger et d’amplifier le propos de l'architecte, de concrétiser les virtualités poétiques ignorées, incomplètement exploitées, voire refoulées par celui-ci ; en découvrant le projet, Claude Strebelle se serait exclamé : "Je veux bien me faire violer".

Stimulé par le lyrisme du bâtiment, Paul De Gobert ne se montre pas pour autant indifférent à sa destination. L'humour, c'est à la science qu'il veut l'amarrer, cette “Dame bien sérieuse pour une aventurière! blouse blanche, col blanc”. L’ironie prévaut aussi dans le choix du titre : "On est venu me demander le nom de la compagnie maritime ! J'ai répondu : ‘La compagnie BELGA FILTRE’, mais comme je suis non-fumeur, je l'ai finalement baptisé ‘Ferry-Boîte’".

Par ailleurs, la peinture de Paul De Gobert n'est pas la seule œuvre du Musée à exploiter la métaphore marine, également filée par le pavement de Colette Henrion et les Yeux de l'Atelier de Claude Strebelle, qui suggèrent respectivement des vagues et la proue d'un navire, la Tour kaléidoscopique de Jean-Paul Laenen, en tant que phare, le Pied de Félix Roulin, comme souvenir du Colosse du port de Rhodes, et le Cadran solaire de lan Hamilton Finlay, dont la table évoque un gouvernail et le style - la tige qui porte ombre -, une voile.

Jean-Patrick Duchesne




ULiège - Musée en plein air - octobre 2017 - mise à jour : 4 octobre 2017