Le Musée en Plein Air du Sart-Tilman
Librairie

deutsch - english - français - nederlands - wap


Présentation

Collections
Expositions

Agenda
Infos pratiques
Librairie

Prix Triennal Ianchelevici
Prix de la Jeune Sculpture

Liens
Partenaires

Visites guidées
Animations





2007

Jean Englebert
par Pierre Henrion

Loin de prétendre à l’exhaustivité, cet ouvrage est autant – et peut-être moins – un hommage qu’un devoir de mémoire vis-à-vis d’une œuvre, qui aussi éclairante qu’elle soit pour l’histoire de l’architecture contemporaine, n’en demeurait pas moins menacée d’oubli à court terme. La fortune critique de Jean Englebert est en effet déconcertante : depuis la fin des années 1950, plus de 200 références, exclusivement des articles le plus souvent parus dans des ouvrages et revues d’architecture ou relatifs aux métiers de la construction. Cette documentation fort éparse et hétérogène est peu disponible. Il est malaisé d'en tirer une vue d’ensemble. En outre s'y trouve passé sous silence un grand nombre de réalisations et de recherches théoriques. Reste encore dans l'ombre le rôle de premier plan joué dans la reconnaissance de la formation d'ingénieur civil architecte ou dans le dynamisme des relations culturelles et industrielles entre la Belgique et le Japon.


Photo© ULg - Michel Houet




Né en 1928, Jean Englebert termine, en 1955, ses études d'ingénieur civil architecte à l'Université de Liège, où il enseigne pendant plus de trente-cinq ans, jusqu'en 1994. Son parcours professionnel est marqué par cet engagement pédagogique : il a formé plus de 280 diplômés ; la plupart d'entre eux (Daniel Dethier, Alain Hinant, Jean-Marc Huygen, Patrick David …) témoignent clairement de l'ascendance de leur maître. Dans la foulée de sa carrière d'enseignant, Englebert crée, au sein de l'ULg, le Centre de Recherche d’Architecture et d’Urbanisme (Crau) et le Centre d'Etudes japonaises (Céjul).
Son oeuvre de bâtisseur est fort diversifiée. A côté des nombreuses maisons unifamiliales, Jean Englebert travaille sur des équipements collectifs (Station scientifique des Hautes-Fagnes, Auberge de Jeunesse de Saint-Vith …) et sur des plans d'urbanisme (Liège, Paris, Sofia, Tokyo …). Son intérêt pour l'industrialisation de la construction le conduit à mettre au point un modèle de fabrication d'unité d'habitation en métal (SIB-CRAU) pour la Société Générale et un système (Patze) de maisons à ossature en bois qui connaît un grand nombre de mises en œuvre dont un village de vacances à Wirtzfeld. Tant les projets de construction que les travaux théoriques témoignent d'une volonté de rationalisation soumise à l'influence du Modernisme. Ils montrent aussi une sensibilité qui s'ancre dans le régionalisme ; ses « villas à travées » construites en blocs de béton apparents manifestent leur identité contemporaine mais aussi leur attachement aux constructions traditionnelles de l'Ardenne belge. A la fois expressive des évolutions technologiques et respectueuse de ce qu'il y a de meilleur dans les anciennes manières de faire, l'œuvre de Jean Englebert est caractéristique de ces créateurs qui, dans la seconde moitié du XXe siècle, ont assimilé puis dépassé les leçons du Modernisme sans en retenir les excès.

Le plan de la monographie articule autour d'une introduction à caractère biographique une analyse des constructions les plus caractéristiques pour chaque type d'édifices, en les situant dans un contexte global de réflexions. L'ensemble des réalisations ainsi que les projets qui n'ont pu être menés à bien sont repris dans un catalogue exhaustif en fin d'ouvrage. Les recherches théoriques sont documentées par une bibliographie sélective des publications de Jean Englebert ainsi que par la reproduction en fac-similé de deux textes. Sa contribution au colloque Liège en l'an 2000 (1964) est une des premières parutions remarquables; elle permet de développer sa pensée en matière d'urbanisme. Ses recherches sur l'industrialisation et la préfabrication de l'architecture sont illustrées par Un futur pour les hommes paru en mars 2007 dans Les Cahiers de l'Urbanisme.


Pierre Henrion est historien de l’art, Professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Liège, Conservateur au Musée en Plein Air du Sart Tilman

L’ouvrage est édité par le Musée en Plein Air du Sart Tilman, avec le soutien du Ministre du Logement, des Transports et du Développement territorial et de la Direction générale de l'Aménagement du territoire, du Logement et du Patrimoine de la Région wallonne.

Date de sortie : 28 novembre 2007. Présentation à la Salle académique de l’Université de Liège

place du 20-Août, 7, 4000 Liège
à 11h.

Contact : Pierre Henrion
musee.pleinair@ulg.ac.be

Spécificités techniques de l’ouvrage

1 000 exemplaires
17 x 24 cm (format fini)
144 pages intérieures (quadrichromie recto verso) sur papier couché 150 gr

Prix
20 euros

Frais d’envoi
Pour la Belgique : 2,60 €
En Europe : 8 €
Reste du monde : 10 €

Distribution

Commande par courriel :
musee.pleinair@ulg.ac.be

Envoi dès réception du paiement du prix de l’ouvrage majoré des frais de port sur le compte 778-5931713-24 avec en communication la mention « Monographie Englebert ».

 

 



Communauté française de Belgique Wallonie-Bruxelles



Université de Liège - Musée en Plein Air du Sart-Tilman - novembre 2007 - mise à jour : 30 novembre 2007