Michel Couturier
Périphéries
Centres sportifs du Sart-Tilman (Université de Liège)



Ce travail ne se résume pas à l'ensemble des objets produits, vidéo, cartes postales et affiches; son mode de monstration en fait aussi partie, participe à son sens.
La disposition des affiches dans le centre ville interroge la relation entre le centre et la périphérie. Leur disposition dans des lieux publics, école, université, mutuelles, syndicats,... met en relation des lieux dévolus à la circulation et à la consommation avec des lieux où les pratiques sociales ont d'autres dimensions, dans lesquels notre rapport au monde est plus varié, plus actif, moins déterminé.

Les textes sont extraits de Dialogues avec Leuco de l'écrivain italien Cesare Pavese. Ce livre se présente comme une série de dialogues entre des personnages de la mythologie grecque. J'oppose cet univers décalé à l'ordre et aux charmes des zones d'activités commerciale. Les cinéastes Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, dans leur film De la Nuée à la Résistance, articulent de même texte avec un autre texte de Pavese La Lune et les Feux qui parle de la résistance au fascisme. L'emprunt à l'auteur et aux réalisateurs m'a paru un outil pour, en quelque sorte, enrayer la surface noire et rêche du macadam du parking, celle brillante et lisse des marbres et des vitrines du centre commercial.


Musée en plein du Sart Tilman
de septembre à décembre 2002

Installation d'affiches de Michel Couturier dans les locaux de l'Université de Liège

Centres sportifs (Sart-Tilman)
Auditoire Wittert (place du 20-août)

Périphéries
Editeur :
artconnexion (France, Lille)


les affiches de Michel Couturier
Périphéries 2002 (Bruxelles et Liège)

Les centres commerciaux, leurs parkings et les routes qui y mènent ont englouti le paysage ancien sous le bitume. Sommes-nous des citadins qui visitons de temps en temps ces espaces périphériques ou sommes-nous les habitants de ces espaces aux limites indistinctes où nos déplacements, nos actes sont limités, déterminés ?
Les affiches représentent des parkings d'hypermarché, paysages de la périphérie d'une ville. Les textes au caractère poétique inscrits en blanc sur le bas des affiches sont un peu énigmatiques, ils évoquent la mythologie antique et instaurent un autre rapport à ces lieux du quotidien banal.
Ces affiches sont destinées à être placées dans des lieux publics : en rue, dans des panneaux type "Decaux" (c'est leur format) et aussi dans divers lieux à caractère public où leur présence peut interpeller, faire sens.
Ces affiches font partie d'un travail artistique plus large, qui comprend également d'autres objets : une vidéo et une édition de cartes postales distribuées gratuitement. Ce travail, intitulé Périphéries, est une investigation autour de lieux et de paysages particuliers, autour d'une forme d'organisation de l'espace : les abords des villes, les bretelles d'autoroutes, les centres commerciaux, les parkings. C'est un acte artistique, plastique et poétique. Il s'agit d'interroger notre existence tant individuelle que sociale dans des espaces définis par un urbanisme et une architecture particuliers. Ces lieux sont encore en grande partie perçus comme extérieur à notre vie. Ils ont cependant une dimension double : ils sont à la fois périphériques, éloignés des lieux symboliques de nos représentations de la ville (centre historique) et du pouvoir civil (ministères, tribunaux...) et ils sont à la fois centraux dans notre vie, lieux obligés du travail et surtout du commerce ordinaire.
Les affiches comme la vidéo et les cartes postales constituent un travail plastique, artistique. Celui-ci a, comme toute oeuvre d'art, une dimension critique et des résonances sociales et politiques. Si cette oeuvre n'est pas polémique, elle se situe pourtant ici et maintenant, dans une société qui est plus conflictuelle que pacifiée.



Université de Liège - Musée en Plein Air du Sart-Tilman
musee.pleinair@ulg.ac.be - septembre 2002 - mise à jour : 20 décembre 2005



Les expositions et installations du Musée en Plein Air du Sart-Tilman (archives)